Site de survie en environnement citoyen Contreculture
(Logo non officiel)

Logo Bretagne











Retrouvez le site contreculture dans un livre :
Commandez-le ICI

31/12/2016  
La galerie des grands hommes
      (Censeurs, laissez-les s'exprimer !)

Mercuriale de janvier 2017

Aragon (Louis), poète national(iste)
Bara (Joseph), enfant martyr
Barère (Bertrand), auteur de carmagnoles
Bert (Paul), les Blancs et les autres
Blum (Léon), un regret

Claudel (Paul), poète tout terrain
Chevalier de la Barre (le), icône de la laïcité 

Combes (Emile),  l'inégalité laïque
De Gaulle jusqu'en 1940, mythes et réalités 
De Gaulle (Charles),  idées directrices
Duras (Marguerite), Propaganda Staffel
Ferry (Jules),  ordre racial, ordre social
Flaubert (Gustave), l'antisocialiste

France (Anatole), raciste mais pas trop
Gambetta (Léon), aérostier républicain
Genêt (Jean), pédophile nazi
Gide (André), communautariste

Giraudoux (Jean), ministre de la race
Goncourt (Edmond, de), antijuif mondain
Hugo (Victor),  écrivain  (en)gagé
Jeanne d’Arc,  pucelle  nationale
Jaurès (Jean), colonialisme à visage humain 
Jouvet (Louis), la culture de la subvention
Lamartine (Alphonse de), islamophobe
Larousse (Pierre), lexicographe apitoyé
Marat (Jean Paul), ami du peuple
Maupassant (Guy de), bobo

Mauriac (François), l'art sans l'art ?    
Michelet (Jules),  historien de la supériorité
Mornet (André), procureur républicain

Robespierre (Maximilien), xénophobe
Robin (Armand), agent double

Sade (Marquis de),  un looser mythique
Saint-Just, ange de pureté révolutionnaire
Tocqueville (A. de), la démocratie blanche 

Voltaire, le racisme des Lumières
 
Zola (Emile), la culpabilité collective

Les Bretons et la légalité

Portique de Brec'h
          Le mouvement breton est partagé entre deux traditions. Il existe d’une part la tradition de vouloir de "bonnes" lois pour la Bretagne, dans le prolongement du Traité de 1532 ou des contrats de mariages d’Anne de Bretagne. L’idée est de faire obéir les Bretons à une législation bretonne, ou de ressusciter un ordre ancien. Nous allons tous régulièrement à Nantes revendiquer que nos frontières historiques deviennent légales.
          Il existe aussi une autre tradition. C’est une tradition de refus, d’insoumission et d’affrontement. Ici, l’attrait pour la légalité est beaucoup plus faible.

          Cela n’empêche pas les uns et les autres d’avoir à peu près la même approche de l’ordre social. Les Bretons, et les Celtes en général, ont une haute conception de la légitimité et de la légalité. Depuis la plus haute antiquité, ils ont rêvé et ils ont écrit des pages magnifiques là-dessus. Le roi Arthur et les autres souverains légendaires personnifient l’harmonie sociale, la hiérarchie heureuse et consentie, la prospérité de tous. Mais très peu de peuples au monde ont démontré une aussi désespérante difficulté à se plier à un ordre, quel qu’il soit. 

L'insoumission celtique

          Les Celtes ont été insoumis par tempérament, par opportunité, par nécessité, par plaisir, par hasard, parfois par erreur. Ils ont inventé le boycott et l’utilisation politique de la dynamite. Au cours des siècles, ils ont rejoint toutes les armées et les ont désertées avec le même farouche enthousiasme. Ils ont refusé les impôts, encouru les excommunications. Ils se sont révoltés contre tout ce qui est possible, y compris l’écotaxe. Mais ils n’ont jamais été des calomniateurs de la loi, des idéalistes du désordre. On ne compte parmi eux que très peu de grands hérétiques ou d’ennemis de la société. L’insoumission n’est pas un idéal ; c’est plutôt une manie, une sorte de démon familier.
          Les grands théoriciens anarchistes sont français ou russes. Ce sont des peuples qui ont peu de respect pour les lois, mais qui néanmoins les suivent. Les Celtes ont au contraire une difficulté permanente à suivre les lois, tout en ayant pour l’ordre un profond respect. Ils rêvent d’une loi humaine qui refléterait les lois divines. Mais, lois divines ou lois humaines, ils restent d’incorrigibles pécheurs, d’imprévisibles délinquants. Ce sont des cancres de l’ordre, toujours à contre-voix dans le concert des peuples obéissants.

D'Ouest en Est

          Il me semble, mais ce n’est qu’une intuition qui reste à confirmer, que les Hauts-Bretons et ceux de la diaspora accordent plus d’importance à la légalité que les Bas-Bretons, dont je fais partie. Le mouvement des Bonnets rouges est originaire de Basse Bretagne. Lors des manifestations d’agriculteurs, il est connu que le rapport à la légalité n’est pas le même en Bretagne bretonnante qu’en Haute Bretagne.
          En revanche, c’est en Haute Bretagne et dans la diaspora que se manifeste le plus l’attrait pour le Traité de 1532 ou les contrats de mariage d’Anne de Bretagne, pour la rédaction de Constitutions, pour la mise en place de parlements, états et gouvernements bretons, pour la légalisation des frontières historiques.

Y a-t'il une explication ?

          Est-ce génétique ? Les biologistes étudient le "phénotype élargi", c’est-à-dire la manifestation des gènes, non seulement à travers les traits de l’individu, mais aussi à travers son comportement. La théorie du phénotype élargi permet d’expliquer les migrations de l’anguille, le nid du merle, la toile de l’araignée ou le régime alimentaire du panda. Chez les humains, les études comportementales sur les jumeaux séparés sont parfois troublantes. Modérons toutefois notre enthousiasme darwinien. Aucun gène qui pourrait expliquer l’insoumission celtique n’a pour l’instant été identifié.
 
       Est-ce culturel ? Lorsque vous vous appelez Le Goff ou Troadec, quand vous habitez à Plougastel ou Penmarc’h, lorsque les noms ou les lieux-dits familiers se disent dans une langue illégale, vous vous éloignez inconsciemment de la légalité. Mais d’autres explications culturelles peuvent être avancées.
        La tradition juridique latine peut expliquer l’attrait pour les lois écrites dans les zones romanisées.
        L’État français impose son culturellement correct à travers les programmes scolaires, les commémorations officielles ou les lois mémorielles. Ce n’est pas le cas de la culture bretonne.
 
         Est-ce un comportement rationnel ? La théorie des jeux et les expériences d’Axelrod enseignent que, dans le cadre d’interactions entre des individus qui ont des intérêts différents, le comportement gagnant est le "tit for tat", avec préjugé positif et mémoire courte. Ceux qui réussissent le mieux, ou tout simplement survivent, sont ceux qui répondent à la coopération par la coopération, à l’agressivité par l’agressivité, mais qui commencent toujours, face à l’inconnu, par la coopération. Après un certain temps, il faut aussi qu’ils oublient les épisodes agressifs éventuels et retentent la coopération.
       Même aux temps de notre indépendance, les Bas-Bretons étaient loin du pouvoir, de ses jeux et de ses apparats. En politique, l’échange gagnant-gagnant avec un pouvoir centralisé devient de plus en plus improbable au fur et à mesure que l’on s’en éloigne. Un comportement coopératif continu et unilatéral n’est pas rentable. Lorsque l’illégalité ne coûte pas trop cher, la non-coopération est un comportement plus rationnel que la coopération.

Légitimité et légalité

          Inspirons-nous de l’histoire des écologistes, qui connaissent les mêmes dilemmes. D’un côté les faisous, de l’autre les plaideurs. Les uns ont impulsé une culture entrepreneuriale autonome autour du bio, de l’économie solidaire et de la transition énergétique. Les autres se complaisent à provoquer un déluge de normes, de législation et de règlements. Les plaideurs sont plus nombreux à Paris, les faisous sont plus nombreux à Trémargat.
        Pour maintenir leur cohésion, les écologistes disposent de la contestation conservatrice, dirigée contre les "grands projets inutiles". Beaucoup de monde s’accorde sur les risques industriels et sur la nécessité de conserver des sanctuaires naturels. Une telle posture est rassembleuse.
            Les militants bretons n’ont pas vraiment de sanctuaires à revendiquer. La langue, la culture ou les droits politiques ne sont pas destinés à être conservés dans un tabernacle. Sans solution rassembleuse, comment réconcilier les plaideurs et les insoumis, les militants juridiques et les entrepreneurs politiques ? 
           La question peut même être plus grave : Est-ce nécessaire de les réconcilier ? Pour avoir une stratégie cohérente, faut-il tenter une synthèse entre l’action légitime et l’idéal des "bonnes" lois ? Ou faut-il définir une priorité de l’une sur l’autre ?
            Il nous faut oser, soit la synthèse, soit la priorité entre légitimité et légalité.
JPLM
Fondamentaux du républicanisme français
Bleu-blanc-rouge
Chauvinisme (1) 
Chauvinisme (2)
France éternelle
La Marseillaise
Le bonnet phrygien
Liberté, égalité, fraternité

Prise de la Bastille
39 - 45 : devoir de mémoire !
Bête immonde  
T'as l'bonjour de Roparz (et de Lorulot) !
Résistance. Chiffres
La presse collabo
Libérations  
Moquet (Guy), icône de la Résistance
Ah, les bons citoyens ! Totems et tabous L'esprit des lois
La F.N.D.I.R.P.  
La Libre-Pensée + Bonus
La Ligue des Droits de l'Homme

Le national-trotskysme
La Franc-Maçonnerie à la française 
DDEN, l'inquisition laïque
Le délégué de l'administration
Baptême de Clovis
Calendrier républicain
Communards (les)
montages
Diversité
Esprit (revue)
France libre et empire colonial
Guerre préventive
L'école de la haine  
Mission divine de la France
Monuments aux morts
La pays nantais et la Bretagne  

Programme de Belleville
Tolérance
Toponymie
Abolition de la peine de mort
Abolition du travail forcé
Constitution française de 1958
Déclaration des droits de l'homme de 1789
Citoyenneté pour tous 
Civilisation
Espagnols (réfugiés républicains)
Exclusion (des étrangers)
Indivisible (une et) 
Juifs allemands
Loi du 23 février 2005 sur la colonisation
Le racisme en toute impunité
 
Outrages et blasphèmes
Vote des femmes
Aux sources de l'anticommunautarisme
Marx et Engels ?
Flourens (Gustave), communard et raciste 
Gellion-Danglar (Eugène), libre penseur scientifique
Hamon (Augustin), libre penseur breton  
Regnard (Albert), socialiste prolet-aryen

Tridon (Gustave), communard et bon aryen 
Vacher de Lapouge ? 
Francais
L'historiographie française Archives de Bretagne
Citron (Suzanne), observatrice 
Gaulois (nos ancêtres les)  
Napoléon : dicter l'histoire
Palimpseste, une tradition française
818 - Morvan Lez Breizh
1491 - Alain d'Albret
1532 - Edit d'union
1675 - Code paysan
1911  Proclamation du Parti Nationaliste Breton
1944 - Breiz Atao / Bezenn Perrot
1970 - "Comment peut-on être Breton ?"
Humour
Bazar Breizh 
French Jokes
Blagues identitaires
 
La France dans le miroir mondial

Têtes à claques

Boris Le Lay, chapitre 1

Porter son regard au delà de l'Hexagonerie ...

Constitutions Success stories Législations internationales
Constitution iroquoise, Amérique
Constitution Corse. 1755
Constitution d'Alsace-Lorraine. 1911
Constitution bolivienne de 2008
Constitution chinoise de 1982
Constitution de la Finlande
Constitution de la Hongrie
Constitution de la Pologne
Constitution de la Roumanie
Constitution de la Russie
Constitution de la Slovénie
Constitution fédérale de la Suisse

Constitution du Viet-Nam
Déclaration d'Arbroath, Ecosse. 1320
Déclaration d'indépendance, Etats-Unis. 1776
Proclamation de la République irlandaise. 1916

L'indépendance de la Norvège. 1905
Quit India ! 1942
L'indépendance de l'Islande. 1944
L'indépendance de la Lettonie. 1989-90
L'indépendance de la Croatie. 1993
L'indépendance de la Slovaquie. 1993


L'indépendantisme tchétchène

Charte européenne des langues régionales et minoritaires
Déclaration Universelle des droits de l'homme. ONU. 1948 
Déclaration des droits des minorités. ONU. 1993
Déclaration des Nations Unies sur l'indépendance. 1961
Pacte relatif aux droits civils et politiques O.N.U. 1976
Convention-cadre pour la protection des minorités nationales, Strasbourg 1995

Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Conseil de l'Europe
 
Convention relative aux droits de l'enfant. ONU 1989

Native American Languages Act, 1990  
Rapport Gay MacDougall, ONU 2008, sur les minorités en France

Anciennes mercuriales
Janvier 2007  (Nouveaux horizons)
Février 2007 (Libre-pensée)
                + bonus Repentance

Mars 2007 (Anti-communautarisme)
Avril 2007 (L'identité nationale)
Mai 2007  (Election de N. Sarkozy)
Juin 2007  (Le communautarisme)
Juillet-août 2007  (Projection du modèle français)
Septembre 2007  (La citoyenneté)
Octobre 2007  (Ignorance et arrogance)
                + bonus JL Mélenchon
Novembre 2007  (Egalité et alignement)
Décembre 2007 
(L'idéal de dépossession)
Janvier 2008  (Le jacobin et le sans-culotte)
Février 2008  (Le sans-culottisme contemporain)

Mars 2008  (Beijing et Pékin)

Avril 2008 (Le rapport MacDougall)

Mai 2008  (L'intégration)
Juin 2008  (Le patrimoine breton)
Juillet-août 2008   (Les langues indiennes)
Septembre 2008   (La constitution chinoise)
Octobre 2008  (Droite et gauche)

Novembre 2008  (Qu'est ce qu'un républicain ?) 

Décembre 2008
(La révolution numérique)
Janvier 2009
 (L'adjectif "citoyen")
Février 2009 (L'identité)
Mars 2009  (Les constitutions)
Avril 2009  (Les frontières bretonnes)
Mai 2009  (la laïcité)

Juin 2009  (l'indépendantisme breton)  
Juillet 2009  (élections européennes)
Août 2009  (Le tourisme culturel)  
Septembre 2009  (Etre français, pourquoi pas ?)
Octobre 2009  (De quoi Huchet est-il le nom ?)
Novembre 2009  (Héros sartrien et société du spectacle) 
Décembre 2009  (Nationalité, citoyenneté, identité)
Janvier 2010  (diversité, biodiversité, ressources)  
Février 2010  (le 1% breton)
Mars 2010  (le Bilan Carbone®)
Avril 2010  (Les deux vagues anticommunautaristes)
Mai 2010  (La laïcité va t'elle changer de bord ?)
Juin 2010 (L'identité tribale)

Juillet 2010 (La métropole Nantes-Rennes)
Août 2010 (La marque "Ille-et-Vilaine")
Septembre 2010 (L'écologie républicaine)
Octobre 2010 (La clarté française)
Novembre 2010 (Républicanisme et populisme)
Décembre 2010 (Déclin de la sphère politique)
Janvier 2011 (Laïcité et conservatisme)
Février 2011 (Identité-alliage et identité-mosaïque)
Mars 2011 (Le constat de séparisianisme) 

Avril 2011 ("Je suis plus breton que vous") 
Mai 2011 (D'une libération l'autre)
Juin 2011 (Où est donc le pouvoir ?)
Fulmination estivale 2011
(A propos du site www.breizatao.com et de son écrivassier, Boris Le Lay)
BreizAtao
Octobre 2011 (la résistance sans leader)
Novembre 2011 (Y a-t'il une vie après l'état-nation ?)
Décembre 2011 (La France abstraite)
Janvier 2012 (Produit en France, produit en Bretagne)
Février 2012 (diplomatie bretonne)
Mars 2012 (d'un drapeau l'autre)
Avril 2012 (Faut-il faire confiance aux historiens français ?)
Mai 2012 (A Saint Brieuc, on ne parle pas breton...)
Juin 2012 (Démocrates et républicains)
Juillet 2012 (Bretagne/breizh : utopie ou aventure ?)
Août 2012 (Bretagne/breizh : Une tribu postmoderne)

Septembre 2012 (Stratégies bretonnes d'aujourd'hui)
Octobre 2012 (Localiser les décisions, les meilleures et les pires)
Novembre 2012 (Les nouveaux chemins de la révolution)
Décembre 2012 (Le jacobinisme est-il le problème ?)
Janvier 2013 (Valeurs communautaires et valeurs civiques)
Février 2013 (Liberté, égalité, fraternité ou la mort !)
Mars 2013 (La responsabilité territoriale)
Avril 2013 (Le retour des grands principes)
Mai 2013 (La théorie de la relativité appliquée à la Bretagne)
Juin 2013 (Pouvoir et souveraineté)
Juillet 2013 (Qu'est-ce que la culture ?(1))
Août 2013 (Qu'est-ce que la culture ? (2))
Septembre 2013 (L'écotaxe en 12 points)
Octobre 2013 (Ras le bol fiscal ; le point de vue breton)
Novembre 2013 (Quel emploi en Bretagne ?)
Eté 2014 (Le bonnet rouge, un symbole fort)
Octobre 2014 (Mon pays avant mon statut social !)
Novembre 2014 (Ni gauche ni droite ?)
Décembre 2014 (Le nationalisme breton a-t'il besoin d'une mise à jour ?)
Janvier 2015 (L'anti-productivisme : retour vers le passé ?)
Février 2015 (La Grèce et nous)
Mars 2015 (La protection sociale des Bretons)
Avril 2015 (Les Bretons et la démocratie liquide)
Mai 2015 (Valeurs de la République, valeurs nationales, valeurs démocratiques)
Juin 2015 (Aborder la politique autrement)
Juillet 2015 ("le hareng de Bismarck", de Jean-Luc Mélenchon)
Août 2015 (Réflexions estivales sur nos droits)
Septembre 2015 (Le nationalisme breton, ce n'est pas ça !)
Octobre 2015 (Du mythe de l'Etat-providence à celui de la Région-providence)
Novembre 2015 (Que signifie la révolte contre les normes ?)
Décembre 2015 (Qu'est-ce qui fera bouger la Bretagne ?)
Janvier 2016 (Le nationalisme breton : donner du sens)
Février 2016 (Derrière l'identité, l'aventure)
Mars 2016 (Les indications géographiques protégées ; tout et n'importe quoi)
Avril 2016 (Bonnets rouges à Belfast)
Mai 2016 (Pourquoi le mouvement breton d'après-guerre est-il de gauche ?)
Juin 2016 (Stratégies autour du lait)
Juillet 2016 (Un point de vue breton sur les mouvements sociaux)
Août 2016 (La revendication bretonne à l'épreuve de l'insécurité)
Septembre 2016 (L'idéologie sécuritaire et la Bretagne)
Octobre 2016 (Réflexions sur le bien commun, le fascisme et la manif de Nantes)
Novembre 2016 (Un parlement breton, pour quoi faire ?)
Décembre 2016 (Jacobins et anti-jacobins)
Conclusion et contact

Contreculture.org© 2005-2017